Dans Les dix tableaux, l’illumination est aussi en rapport avec la vache, mais de façon assez différente. Ici, la vache représente les possibilités d’illumination dont dispose l’homme, ou, en termes plus concrets, le Moi de l’homme, sa nature, par l’utilisation et l’épanouissement de laquelle il peut atteindre cette illumination. Et sa coloration correspond à la façon dont l’homme envisage et comprend son Moi, sa personnalité, et la réalise.

Une version des dix tableaux du dressage de la vache a été donnée pour la première fois en 1930 dans la revue Commerce dirigée par Paul Valéry. Dans le boudhisme, le thème du dressage de l’animal, qu’il soit éléphant, cheval ou encore buffle, enseigne à l’homme comment se libérer et atteindre l’illumination. Jean Herbert, dans ce petit livre, commente les dix stations de cette quête spirituelle menant à l’éveil.

Les commentaires sont fermés.