Né le 23 janvier 1904 à New York dans une famille juive d’origine lituanienne, Louis Zukofsky découvre très jeune la littérature et le théâtre occidentaux, d’abord uniquement par des traductions en yiddish. À 16 ans, à l’université de Columbia où il étudie, il écrit de la poésie et se sent proche d’une certaine avant-garde représentée par Ezra Pound et T.S. Eliot. Il rencontre Ezra Pound, qui l’encourage vivement, et par qui il est amené à diriger un numéro de la revue Poetry consacrée à la création poétique contemporaine. C’est à ce moment qu’il forge le terme d’« objectivistes » afin de se désigner lui-même et d’autres poètes dont il est proche  : Charles Reznikoff, George Oppen, Carl Rakosi et Basil Bunting. Il publie peu après une « anthologie objectiviste » dans laquelle figureront aussi Pound et Eliot.
L’œuvre de Zukofsky est avant tout composée d’un immense poème intitulé « A », dont les 24 parties, écrites entre 1928 et 1974, témoignent de l’évolution de sa poésie. Différents poèmes courts, fictions et essais critiques complètent cette production, ainsi qu’une traduction intégrale de la poésie de Catulle qui se base autant sur le son que le sens du latin original.
C’est dans les années 1960 que la critique prend véritablement de l’importance de l’œuvre de Zukofsy, avant que celui-ci ne décède en 1978, au moment où devait paraître l’intégrale de « A ».