Jean Herbert était un orientaliste français, né à Paris le 27 juin 1897 et mort le 21 août 1980 à Genève.  Dès les années 1930, parallèlement à son travail à la Société des Nations, Jean Herbert va s’intéresser au Bouddhisme. Il étudie le Pali et découvre Râmakrishna et Vivekânanda dans les écrits de Romain Rolland. Il fait de nombreux voyages en orient et rencontre Sri Aurobindo à Pondicherry en 1934. Sous le nom de Vishvabandhu « l’ami de tous », Jean Herbert devient son disciple et, à sa demande, il traduira ses ouvrages en français. Suivant l’enseignement de Sri Aurobinido.
En 1937, il s’installe à Genève et continue à mener de front son travail d’interprète pour des organisations internationnales et sa mission d’orientaliste. Il fait ainsi de fréquents séjours en Inde auprès de Ramana Maharshi, Swâmi Ramdas, Mâ Ananda Moyi, Swâmi Shivânanda, Nanga Bâba. En 1946, il fonde la prestigieuse collection Spiritualités vivantes aux Éditions Albin Michel. Dans les années soixante, il se consacrera au Shintoïsme. Il dirige diverses collections sur l’orientalisme, publiées par une demi-douzaine d’éditeurs dans autant de langues. Non moins de 250 volumes paraîtront sous son impulsion. Il collabore également avec le Grand Larousse Encyclopédique pour des sujets relatifs à l’Inde, la mythologie, etc. Au cours de ses voyages, il rencontre et reçoit directement les enseignements de sages d’autres religions, notamment D. T. Suzuki, l’ayatolla de Oum, le sheikh Mohammed at-Tadili, des chefs religieux bouddhistes, coréens, zen. Jean Herbert aura été en France l’un des plus importants  traducteurs des grandes oeuvres de la sagesse orientale de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.