Auteur discret et indépendant, Louis Guilloux (né en 1899 à Saint-Brieuc, mort dans la même ville en 1980) demeure encore aujourd’hui l’une des figures les plus importantes de la littérature du XXe siècle. Son roman, Le Sang noir, paru en 1935 dresse un portrait caustique et saisissant de la société ouvrière en prise avec la bourgeoisie. Si, pour le grand public, le rayonnement posthume de cette œuvre est certes moindre que celui du Voyage au bout de la nuit, le livre est considéré par la critique comme un chef-d’œuvre emblématique des années 1930. Aussi bien Pasternak que Semprun, l’ont hissé au premier rang des romans du siècle. En novembre 1953, Gaston Gallimard répétait à Guilloux qu’« à son avis », Le Sang noir « est l’un des meilleurs livres que la maison ait jamais publiés ».
Ami d’enfance du philosophe Jean Grenier, Louis Guilloux est proche d’Albert Camus, André Malraux, Jean Guéhenno, Jean Paulhan, avec lesquels il entretient d’intenses correspondances. Un volume réunissant ses œuvres intitulé D’une guerre l’autre a été publié en 2009 dans la collection Quarto aux éditions Gallimard.
Ami d’enfance du philosophe Jean Grenier, Louis Guilloux est proche d’Albert Camus, André Malraux, Jean Guéhenno, Jean Paulhan, avec lesquels il entretient d’intenses correspondances. Un volume réunissant ses œuvres intitulé D’une guerre l’autre a été publié en 2009 dans la collection Quarto aux éditions Gallimard.