Né à Kiev en 1932, Friederich Gorenstein meurt en 2002 à Berlin où il s’est exilé dans les années 1980. Écrivain et scénariste, il rédige de nombreux scénarios, notamment les scripts de Solaris d’Andreï Tarkovski et d’Esclave de l’amour de Nikita Mikhalkov. En 1979, il participa à l’anthologie Métropole. Durant la période soviétique, il écrit de nombreux romans qui, à une exception près, ne sortirons qu’après la perestroïka. Friedrich Gorenstein est l’un des rares écrivains de l’époque soviétique à avoir traité la question de l’antisémitisme avec tant de force, à une époque où le problème de la place du Juif en URSS était un sujet encore tabou.
Ses œuvres ont été publiées à New York, dans des revues d’émigrés et dans des journaux berlinois. En France, ses livres majeurs, Le Rachat, Psaume, La Place, Compagnons de route, ont été publiées par les éditions Gallimard et L’Âge d’Homme.