André Baillon est un écrivain belge d’expression française, né le 27 avril 1875 à Anvers. Sa vie, marquée par une grande instabilité psychique et un mal être permanent, a servi de matière première à ses textes. S’il ne s’agit pas d’une œuvre autobiographique à proprement parler, c’est bien de ses différentes expériences de vie qu’André Baillon a su se saisir pour les transfigurer en littérature: ainsi sa relation avec Marie Vandenberghe a donné le roman Histoire d’une Marie (1921), sa vie a la campagne inspiré En Sabots (1922), ou ses internements à la Salpêtrière Un Homme si simple (1925) et Chalet 1 (1926).

Les quatre relations amoureuses marquantes de sa vie, ses emplois divers – le journalisme surtout –, son observation du quotidien à la fois précise et teintée d’humour, et avant tout son rapport cynique et désespéré au monde, se retrouvent dans une œuvre de qualité, aujourd’hui trop peu reconnue.

André Baillon s’est suicidé en avril 1932, une année après avoir reçu le prix triennal du roman pour Le Perce-oreille du Luxembourg (1928).