Un monde à part se pense comme une traversée, à la fois de territoires et d’époques, un cheminement à travers la notion de « géopoétique » dont Kenneth White est l’instigateur. Fidèles au désir de « nomadisme intellectuel » qui porte l’auteur depuis ses débuts, les textes rassemblés dans ce recueil sont le reflet de son immense curiosité (littérature, géographie, cartographie, histoire ou encore philosophie). Comme autant de pérégrinations géographiques et intellectuelles, ils emmènent le lecteur d’une « éloge de la cartographie » à « une cartographie psycho-historico-culturelle-intellectuelle de l’Écosse », en passant par des «investigations et expériences sur les chemins du
monde » (la côte balte, la mer Noire, les rives du Gange…).

Ce « monde à part », qui n’est autre que le monde dans lequel nous évoluons, Kenneth White le donne à lire par le prisme de savoirs variés, ainsi que par un contact direct avec les lieux qu’il étudie. Dans ce territoire de pensée qui lui est propre, Kenneth White dessine une approche résolument singulière du monde.

Les commentaires sont fermés.