Œuvre maîtresse de la littérature de langue allemande, transcription (en allemand nachschrift, paru en deux tomes en 1986 et 1997) est pour la première fois traduite en français. Elle compile des éléments issus de documents administratifs divers, de témoignages, de lettres, etc., pour représenter au plus juste l’horreur de la Shoah. Ces morceaux retranscrits, agencés avec une intelligence remarquable, constituent la lie d’une inimaginable totalité de l’effroi qui, à travers ses fragments infimes, se révèle d’elle-même. « Il suffit, dit Heimrad Bäcker, de citer le langage des bourreaux et des victimes. Il suffit de s’en tenir au langage conservé dans les documents. C’est la rencontre entre document et horreur, statistique et effroi. »

Les commentaires sont fermés.