Rythmé par des événements où se mêlent les dernières catastrophes écologiques majeures et la perte de la mère, la Fauvette, Terre sentinelle regarde le monde du vivant avec les yeux d’un enfant unique, explorateur & orphelin, qui joue parfois au savant (Ur, L’Évolution des formes s’étend à toute la couleur).

Alternant visions au très près, au risque de l’intimité, et porosité au monde, le recueil est construit comme une géographie du chez soi, qu’il soit aux antipodes (Je parle Mozambique, Dont est jouissant, endemia) sur les rives de la rivière natale (De la gnature d’Arva) ou dans le grenier (Intimité du monde).

Comments are closed.