L’œuvre de Trakl est extrêmement brève. Dans sa jeunesse, il écrit de nombreux poèmes qu’il détruit par la suite, ne voulant laisser de pages imparfaites derrière lui. Ses deux pièces de théâtre «La Mort de don Juan» et «Barbe-Bleue» suivent le même sort; toutefois, elles nous ont été conservées à l’insu de leur auteur. Nous sont également parvenues les ébauches d’un troisième drame datant des dernières années de sa vie, et dont l’atmosphère et la langue sont comparables aux poèmes les plus accomplis.

Si l’on exclut ces écrits que Trakl ne destinait pas à la publication, l’œuvre poétique se compose d’une cinquantaine de poèmes rimés, d’une soixantaine en vers libres, et de quatre poèmes en prose. Ce petit recueil de deux cents pages à peine suffit à faire de Trakl l’un des plus extraordinaires poètes lyrique de la langue allemande, pourtant si féconde dans ce domaine.
Première traduction parue en langue française (GLM, 1956), Rêve et Folie & autres poèmes présente vingt et un poèmes en vers libres, ainsi que les quatre écrits en prose, dont font partie les admirables pages de «Rêve et Folie»; cette vaste fresque, souvent autobiographique, est la pièce maîtresse de l’auteur, et a fourni le titre de ce volume. Le texte allemand reproduit la version des œuvres complètes publiées par les Éditions Otto Muller à Salzbourg.

Les commentaires sont fermés.