Livret de service critique de manière lucide la place de l’armée de milice en Suisse et la façon dont elle construit l’identité politique du pays.
Revenant sur ses expériences militaires au cours de la seconde Guerre mondiale, Max Frisch s’interroge sur l’inertie des soldats suisses face à l’actualité, sur les rapports de la Suisse avec l’Allemagne nazie, et sur l’impossibilité de se remettre en question que provoque une vie de soldat très réglementée, constituée d’exercices et de simulations qui rendent la réalité distante, irréelle.

Les commentaires sont fermés.