«Chose terriblement grande», disait du pain Jean Giono dans Les grandes Richesses. Chose terriblement réelle serions-nous tentés d’ajouter à la lecture du petit livre – publié en 1909 et depuis longtemps épuisé – Le pain.

Durant les dernières années de sa vie passées à Bruxelles, où il occupait à l’Université Nouvelle une chaire de mythologie comparée, Élie Reclus travailla principalement à un volumineux ouvrage sur le pain, laissé inachevé. C’est son fils, Paul Reclus, qui assurera l’édition posthume du présent ouvrage. Reflet compact mais fidèle d’une pensée généreuse, intéressée aux caractères premiers de l’humain, à ses traits les plus vivaces.

«Erudition, drôlerie, sagesse et talent de conteur n’ont pas suffi au discret Élie Reclus pour qu’il survive dans la mémoire de beaucoup de lecteurs. » écrit Joël Cornuault dans sa préface à l’ouvrage. Voici donc l’occasion de redécouvrir à la fois un texte et un auteur singuliers.

Comments are closed.