Publié pour la première fois en 1955, La souris qui rugissait est un roman où se dessine, à travers l’humour et des situations frisant l’absurde, une critique acerbe du monde de l’après Deuxième guerre mondiale. Le regard ironique que porte Leonard Wibberley sur la politique menée par les grandes puissances économiques est plus que jamais d’actualité. De la bombe atomique à la guerre expresse en passant par l’invasion extraterrestre, tout concourt à tourner en dérision les grandes hégémonies. Le roman met en scène l’imaginaire et drôlatique Duché du Grand-Fenwick, dernière nation au monde à être indépendante. Après avoir déclaré la guerre aux États-Unis, ce minuscule pays perdu dans les Alpes quelque part entre la France, la Belgique et la Suisse, va déséquilibrer les rapports de force entre états à l’échelle mondiale. Conte satyrique, fable burlesque à l’humour typiquement anglais, La souris qui rugissait se lit d’une traite et provoque de nombreux éclats de rire…

Les commentaires sont fermés.