Depuis plus de cinq cents ans, chaque premier jeudi de septembre, des milliers d’habitants du Chablais, montant des bords du Léman ou descendant de la montagne par les trois vallées de la Dranse (Dranse d’Abondance, Dranse de Morzine, Dranse de Bellevaux), se retrouvent le jour de la «Foire de Crête» sur l’une des collines qui dominent Thonon, pour vendre, boire, manger, danser, acheter, jouer. Tous les personnages de cette scène sont réels, sauf cinq. L’usage, en Savoie, est de désigner plus volontiers les gens par leur sobriquet que par leur état civil : Aimé Stehlin est dit Gabin ou Aimé à l’Ancien, Marcel Trabichet est dit Marcel à Bison, Louis-Nestor Liardet est dit Razibus ou Louis la Grêle ou Grêlon… L’auteur, après avoir rassemblé ceux qu’il connaissait, a collecté auprès d’amis des trois vallées plusieurs milliers de noms, surnoms et sobriquets, acquis ou héréditaires, célèbres ou presque oubliés. Cette enquête a duré de décembre 1992 à février 2009.
Il fallait attribuer à chacun – selon ce qu’on savait de lui – l’action qui lui convienne : la règle dite du renouvellement verbal voulait que cette action soit unique et que le verbe qui la désigne ne soit pas utilisé une seconde fois.

Le texte de La Loterie Pierrot s’est progressivement développé à l’occasion de quatre publications : «Sur Crète», préface à Mémoires de Crète 1932-1965, L’Albaron, 1993 ; «Scène XII» de La Chair de l’homme, P.O.L., 1995; La Loterie Pierrot avec une photographie de Pascal Fèvre, Héros-Limite, 1995 et «La Loterie Pierrot» in Revue de littérature générale, P.O.L., 1995.

Les commentaires sont fermés.