Sans être un éducateur proprement dit, Élisée Reclus peut-être considéré comme une figure-clé de l’éducation libertaire et de la création d’écoles «  libérées  » et universités populaires entre le 19e et le 20e siècles. Son intérêt pour l’éducation traverse toute son œuvre, et si les textes explicitement dédiés à cette question sont assez rares, sa langue même en fait un passeur de savoir formidable.

C’est selon lui à travers l’étude et l’observation de notre milieu que les contours de notre existence et de notre condition terrestres apparaissent le plus distinctement. La personne humaine ne peut se connaître hors de son appartenance à la nature. Plutôt que d’opposer culture et nature, il choisit volontairement de les penser ensemble. «  L’homme, écrira-t-il en tête de son dernier ouvrage, est la nature prenant conscience d’elle-même  ».

Cet intérêt est largement partagé dans son cercle d’amis. Pierre Kropotkine et Charles Perron proposent eux aussi une éducation géographique en actes, une approche directe et complète du monde entièrement dédiée à la découverte d’un lieu non borné.

Les commentaires sont fermés.