Éric Dardel appartient à cette génération d’hommes et de femmes dont Albert Camus compris très tôt qu’elle était vouée non pas à refaire le monde mais à empêcher qu’il ne se défasse. A l’heure où la mondialisation questionne tout un chacun par ses aspects contradictoires, l’œuvre d’Éric Dardel nous semble offrir la possibilité de mieux la saisir, sinon de la comprendre, dans ses multiples phénomènes.

Fort de ses 416 pages, ce recueil rassemble pour la première fois les écrits d’Éric Dardel (1899-1967).
Fil rouge plutôt que somme, le livre, né de la collaboration entre Alexandre Chollier et Éric Waddell, donne à découvrir une pensée questionnant le monde, portée qu’elle est par le désir de le comprendre. Trois axes le constituent, traçant les contours de trois domaines en interaction: l’histoire, la géographie et l’anthropologie; le dernier étant nourri par une lecture approfondie de l’œuvre du beau-père d’Éric Dardel, le missionnaire et ethno­logue Maurice Leenhardt.
Cet ouvrage de référence contient par ailleurs une biblio­graphie cartographiant avec une précision inédite les champs d’explo­ration d’Éric Dardel (près de 260 références sont répertoriées), dont l’intégra­lité des textes parus entre 1928 et 1958 dans la revue protestante Le Christianisme au XXe siècle dirigée par Paul Gounelle, ­témoignage en tous points remarquable et qui demeure à être étudié et partagé.

Comments are closed.