La tradition poétique de la Saint-Valentin du Moyen Age à aujourd’hui, anthologie bilingue.

La tradition poétique de la Saint-Valentin est d’origine courtoise. Née au XIVe siècle en temps de guerre, en Angleterre puis en France, elle est d’emblée bilingue : sous la plume de Chaucer, John Gower, Christine d’Orléans ou Christine de Pizan, elle transpose dans la langue poétique le désir et la difficulté de l’échange, souvent avec impertinence. La circonstance amoureuse fait de l’activité poétique le lien qui soude une communauté où chaque voix s’exerce à la variation, thématique et formelle, pour dire, dans les formes du temps, « je t’aime… », ou bien « … moi non plus ».

Cette « formule valentine », associée au rituel du calendrier et à la fête collective, a eu de beaux jours devant elle : en Angleterre, plus discrètement en France, chez les poètes américains les plus novateurs, la Saint-Valentin nourrit une tradition poétique à la mémoire discontinue, qui traverse les époques, les continents et les styles. La présente anthologie met au jour cette tradition dans ses deux langues de naissance, pour en souligner les lignes de force, des origines à aujourd’hui.

La traduction des textes, anciens et contemporains (pour la plupart inédits) s’efforce de mettre en valeur les expériences formelles et les énigmes qui sont en jeu dans ces valentines, pour en saisir l’art de la circonstance et le trait d’esprit.

Comments are closed.