Camarade Kisliakov (Trois paires de bas de soie)

Lire Camarade Kisliakov jusqu’au bout, il le faut absolument, car c’est à la dernière page que tout bascule. Le roman de Panteleïmon Romanov se passe à Moscou dans les années 20. Un nouveau régime s’installe et balaye brutalement le précédent. Le  communisme transforme de fonds en comble le tissu de la société russe. Pris de peur et d’angoisse, au delà de l’espérance que le nouveau monde promet, les personnages de ce texte magistral se débattent pour survivre aux épreuves quotidiennes.
Angoisse et sueur froide, ce malaise inconfortable vis-à-vis d’un pouvoir indicible, nous n’en sommes pas si loin aujourd’hui. Camarade Kisliakov, c’est mon voisin, qui a peur de perdre son travail, ses amis, s’il ne s’adapte pas aux nouvelles règles du jeu. C’est la chute d’un monde pour un empire invisible et dévastateur, celui de l’argent et du profit, de l’industrie de la « culture » et du mépris.

Publié  en 1930, Camarade Kisliakov (Trois paires de bas de soie) présente un immense intérêt pour la connaissance de ce qu’était la vie quotidienne à Moscou à la fin des années vingt. De par sa finesse d’observation, l’auteur préfigure les terribles ravages du communisme sur la société russe. Le lecteur reconnaîtra l’univers de Romanov, avec ses ci-devant, ses mendiants, ses trafiquants et autres rebuts qui ne trouvent pas leur place dans le monde nouveau, celui des appartements communautaires, des tramways bondés, des chicanes et des administrations persécutrices. Et, à travers ces différentes formes de marginalité, un tableau social et politique de la vie soviétique de l’époque du Grand Tournant.

Les commentaires sont fermés.