Né en 1904 à Paris, Henri Calet, de son vrai nom Raymond Barthelmess passe une enfance mouvementée, changeant constamment de lieu au gré des pérégrinations de ses parents libertaires. Confronté depuis son plus jeune âge aux « petites gens », il n’aura de cesse de les peindre dans ses écrits, et d’explorer les quartiers miséreux de Paris où il a passé une partie de sa vie. Après avoir exercé une série de petits travaux, il se met à l’écriture. Puisant dans son existence difficile pour nourrir son oeuvre teintée d’humour et d’ironie – il raconte notamment son expérience de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Paris et ses transformations – il parle aussi de ses voyages, au cours desquels son attention pour des détails négligés apporte aux lieux qu’il visite un éclairage particulier. Exerçant aussi comme journaliste, il se montre attentif aux misères et drames de l’après-guerre. Il meurt à Vence en 1956.