Après une enfance à Tonnerre (Yonne), Ernest Cœurderoy (1825 – 1862) étudie la médecine à Paris. Il devient interne des Hôpitaux de Paris en 1845. Il entre dans la vie politique en 1848, professant après les journées de juin des « opinions révolutionnaires socialistes intransigeantes ».

Condamné à l’exil après les manifestations de juin 1849, il mène une vie d’errance à travers l’Europe: Suisse, Belgique, Grande-Bretagne, Italie, Espagne…

Durant ces années, Ernest Cœurderoy parcourt à de maintes reprises la Suisse romande pour s’établir à Genève où, malade, il se suicide en 1862.