Né en 1922 à Barcellona (Sicile), Bartolo Cattafi est décédé à Milan 1979.

Chef de file malgré lui du groupe de littérature milanais Linea lombarda, il a été soutenu tout au long de sa carrière par l’important critique Giovanni Raboni. Nombre de ses œuvres ont été publiées dans la plus prestigieuse collection de poésie italienne, Lo specchio (éditions Montadori), et plusieurs anthologies ont été consacrées à son travail. Aujourd’hui, de nombreux poètes de la nouvelle génération se réfèrent à lui.

Ses poèmes ont été traduits en français (par Geneviève Burckhardt, Arthur Praillet et Philippe Di Meo), en anglais (par Ruth Feldman), en bohème (par Valdimir Mikěs), en croate (par Malden Machiedo), en hongrois (par Anna Bede et Gracia Kerényi), en biélorusse (par Anatolij Tchvnija), en suédois (par Sture Axelson), en danois (par Jörgen Sonne), en espagnol (par Alfredo Barrera) et en russe (par Evgueniy Solonovitch).

Un seul des recueils de Cattafi a été à ce jour intégralement traduit en français: L’alouette d’octobre (L’Atelier le Feugraie, 2010 ; traduction par Philippe Di Meo). Plusieurs de ses poèmes ont été repris par des revues et sites en ligne comme Poezibao ou Terredesfemmes.